19/09/2022

diogene 2022.jpg

Chères Fleurinoises et chers Fleurinois,

C’est toujours un plaisir de nous retrouver après la période de trêve estivale, et je souhaite que chacun d’entre vous ait pu profiter de ce moment privilégié pour se ressourcer en famille, avec des amis, à Fleurieux ou ailleurs !

Notre rentrée fleurinoise est traditionnellement très riche en moments de partages associatifs, solidaires et festifs, et cette année n’y a pas fait exception, avec deux nouveautés en compléments du forum des associations, de la « Fête de la patate » du Sou des Ecoles et du festival Youpitralala : la première bourse aux jouets et matériels de puériculture des FleuriNous a permis à chacun de s’équiper localement à prix modéré, et la première édition de la fête du sport a fait découvrir gratuitement au plus grand nombre toute l’offre sportive disponible au village. Je souhaite remercier ici chaleureusement toutes les associations, les bénévoles et les contributeurs actifs.

Naturellement, je voudrais revenir sur cet été terriblement sec avec des épisodes caniculaires multiples qui témoigne des efforts environnementaux et changements d’habitudes de vie que nous devons conduire sans délai, individuellement et collectivement. Et le contexte géopolitique avec ses tensions de disponibilité et de prix sur les différentes énergies nous conduira dès cet hiver à devoir, là encore, nous adapter rapidement. Je sais que je peux compter sur vous et souhaite vous assurer de tout l’engagement de vos élus et de l’équipe communale pour accompagner ces virages et innover pour le bien du collectif et des plus fragiles.
​​​​​​​
Nous aurons dans les prochaines semaines des rendez-vous importants avec la soirée d’accueil des nouveaux Fleurinois le 14 Octobre, l’après-midi environnement du Conseil Municipal des Jeunes le 22 Octobre et la cérémonie de commémoration du 11 Novembre, et je vous engage à retrouver toute la programmation des nombreuses initiatives associatives sur le site de la commune ou encore sur Panneaupocket.
 
A très vite donc et bonne lecture,

 
Diogène Batalla